Les cours de gym proposés combinent souplesse et force, avec prise de conscience de son corps par la respiration et la relaxation. Les exercices sont basés sur des mouvements d’étirements des muscles profonds et stabilisateurs de la posture et un renforcement musculaire de base adapté a la grossesse le tout en faisant une prévention sur le périnée et en respectant les ressentis de la maman. Cette méthode d’exercices diminue significativement les sensations douloureuses ou pesantes dans le dos et le bassin en fin de grossesse.

Les séances sont d’une durée d’1 heure et peuvent se dérouler en cours collectifs et/ou individuels.

POURQUOI PRATIQUER UNE ACTIVITE PHYSIQUE PENDANT LA GROSSESSE ?

Je tiens à écrire mon avis personnel à ce sujet, étant donnéé que j’ai déjà véçu une grossesse. Pendant ces 9 mois, j’ai pratiqué du stretching (lors des cours donnés), la natation et de la marche. Mon accouchement s’est passé assez rapidement, sans nécessiter de péridurale, ni d’épisiotomie. Je suis convaincue aujourd’hui de l’importance de bouger son corps pendant la grossesse, bien sûr avec l’avis favorable d’un médecin, sans forcer mais avec une pratique régulière. Ceci dit, j’étais déjà quelqu’un d’actif avant la grossesse et c’est aussi ce qui me motive à faire du sport mon travail.

Enceinte, comme en temps normaux, la pratique d’une activité physique régulière est conseillé afin de maintenir un bon état général de l’organisme soit de limiter le stress psychologique lié à la grossesse et garantir une bonne condition physique et en autre, de contrôler son poids. Mais les bienfaits du sport ne s’arrêtent pas là : une activité physique régulière serait bénéfique pour la prévention ou le traitement des maladies fœto-maternelles telles que le diabète gestationnel ; hypertension artérielle qui peut survenir à partir du second mois de grossesse. Pour les femmes en surpoids ou à risque d’obésité, l’activité physique régulière permet de réduire l’excès de prise de poids et diminue ainsi les risques de complications liées à l’obésité lors de la grossesse. Il existe bien sûr, certaines contre-indications (un col de l’utérus déjà ouvert par exemple), mais en l’absence d’un problème particulier signalé par le gynécologue, l’activité physique peut et doit être poursuivie.

Les muscles de la maman sont mis à rude épreuve lors de l’accouchement, ils doivent travailler dur. Si l’utérus, est sans l’ombre d’un doute celui qui va être le plus sollicité, ceux des bras, des jambes, et du dos, la feront aussi souffrir selon les positions qu’elle adoptera et la fatigue qui surviendra. L’acide lactique s’accumule dans le muscle. Des crampes surviennent et c’est ce qui rend les contractions douloureuses. Exactement de la même façon que quand vous pratiquez un sport trop longtemps sans entraînement…donc entraînons nous à l’avance pour une meilleure performance !!!

LES SPORTS A PRATIQUER. Parmi les sports tout à fait compatibles avec la grossesse il y a : la natation, le yoga, le stretching, la danse classique et rythmique, le golf, l’aquagym, le tennis, le vélo (mais pas le VTT), les exercices en salle, à condition de ne pas atteindre l’effort maximal et avec une bonne récupération après chaque exercice et bien sur : la marche.

LES SPORTS A EVITER sont de manière générale : les sports collectifs (volley, basket, handball), de combat, les jeux de raquettes énergiques ou bien les sports où le risque de chute est important comme l’équitation. La pratique de l’aérobic est déconseillée car elle pourrait augmenter le risque d’accouchement prématuré. La plongée sous-marine est également contre-indiquée en raison du risque d’hypoxie et de malformation du fœtus.